Montréal, paradis des licornes?

7 février 2020

Quatre des cinq entreprises à capital fermé ayant la plus forte croissance au pays sont établies à Montréal, selon l’édition 2020 d’un classement des licornes potentielles réalisé par un entrepreneur de Toronto.

Element AI, Repare Therapeutics, Enerkem et DalCor Pharmaceuticals occupent dans l’ordre le deuxième au cinquième rang de la 2020 Narwhal List. Cette liste est publiée chaque année par le Narwhal Project, groupe mené par l’entrepreneur torontois Charles Plant et auquel se sont associés cette année Communitech (Waterloo), Investir Ottawa et l’accélérateur MaRS.

INFOGRAPHIE LA PRESSE

Légende

Le mot narval est parfois employé dans l’écosystème canadien du capital de risque pour décrire des entreprises parfois appelées « licornes » au sud de la frontière, ou en voie d’atteindre ce niveau. Les licornes sont des entreprises à capital fermé en forte croissance, dont la valeur dépasse le milliard de dollars américains.

Montréal va très, très bien. [La ville] fait d’énormes progrès dans sa capacité de développer des entreprises de calibre mondial.

Charles Plant

« Il y a une bonne communauté regroupée autour de deux thèmes : les sciences de la vie et l’intelligence artificielle. Ces deux groupes sont reconnus mondialement et attirent l’attention », indique M. Plant.

Davantage d’investisseurs internationaux

Typiquement, les entreprises montréalaises ont toujours eu accès à de petits investissements en capital de risque dans les premières phases de leur développement. C’est au moment où elles devenaient plus importantes et où les investissements nécessaires se chiffraient en dizaines, voire en centaines de millions de dollars que la source s’asséchait.

C’est encore le cas. La grosse différence est que les investisseurs internationaux viennent de plus en plus. On le voit partout au pays, en fait. Le Canada a développé une réputation comme étant une source de bonnes technologies, en manque de capitaux. – Charles Plant

Il n’y a pas encore suffisamment de fonds d’investissement canadiens aux poches assez profondes pour appuyer ces entreprises, selon lui, bien que quelques-uns s’y soient récemment lancés. C’est le cas entre autres de la Caisse de dépôt, qui a participé en décembre dernier à un financement de 270 millions de dollars américains dans Nuvei, cinquième entreprise montréalaise en importance dans le classement.

En tout, 11 entreprises montréalaises ont été répertoriées. Les autres sont Breather, Hopper, Dialogue, Plusgrade, AlayaCare et PreciThera. Deux entreprises établies à Québec, Coveo et LeddarTech, sont aussi du nombre. Le palmarès a été composé en utilisant le critère de la « vélocité financière », c’est-à-dire le ratio entre le capital amassé et l’âge de l’entreprise.

Les quatre Montréalaises dans le top 10

Element AI

Cette entreprise spécialisée dans l’intelligence artificielle a jusqu’ici attiré près de 260 millions de dollars américains en financement, selon le Narwhal Project. Elle vise à développer des outils basés sur l’intelligence artificielle facilement transposables d’une industrie à l’autre.

Repare Therapeutics

Établie à Saint-Laurent, Repare se décrit comme un « chef de file dans la science de la réparation de l’ADN et de l’instabilité génomique ». Elle développe une méthode de guérison des cancers basée notamment sur la correction de l’ADN.

Enerkem

Enerkem a mis au point une technologie pour transformer les matières résiduelles non recyclables en méthanol et en éthanol. L’entreprise projette de construire des installations de production partout dans le monde, mais une seule est actuellement en activité, à Edmonton, en Alberta. Elle a attiré pas moins de 616 millions de dollars américains de financement depuis 20 ans, dont 13,5 millions de Québec l’an dernier et 20 millions en 2017. Elle projette une usine à Varennes.

DalCor Pharmaceuticals

DalCor mène actuellement une étude de phase 3 sur son médicament destiné à réduire les risques de rechute après un ACV, pour un groupe de personnes dotées d’un certain gène. La Caisse de dépôt et la famille Desmarais font partie des investisseurs qui y ont injecté 150 millions de dollars depuis 2015.

Source La Presse

Vous aimerez aussi