Aphasies primaires progressives et maladie d’Alzheimer: mieux comprendre

17 janvier 2020
La Chaire de recherche sur les aphasies primaires progressives – Fondation de la famille Lemaire visera notamment à diagnostiquer plus rapidement ces maladies neurodégénératives
Ce contenu est produit par l’Université Laval.

La Faculté de médecine de l’Université Laval annonce la création de la Chaire de recherche sur les aphasies primaires progressives – Fondation de la famille Lemaire. La Chaire aura pour mission de sensibiliser la population et les professionnels de la santé à ces maladies neurodégénératives afin d’en permettre un diagnostic plus rapide et un meilleur traitement.

Les aphasies primaires progressives sont un groupe de maladies dégénératives du cerveau qui provoquent des troubles du langage et des changements cognitifs s’apparentant ou pouvant mener à la maladie d’Alzheimer. Ces maladies incurables affectent environ 150 000 personnes au Québec.

«Malheureusement, les symptômes de ces maladies sont peu connus de la population et même de plusieurs professionnels de la santé», explique le titulaire de la Chaire, le Dr Robert Jr Laforce. «En conséquence, le dépistage est actuellement déficient et, trop souvent, les aphasies primaires progressives sont diagnostiquées tardivement alors que les changements au cerveau sont irréversibles», poursuit le Dr Laforce, qui est aussi professeur à la Faculté de médecine de l’Université Laval et chercheur au Centre de recherche du CHU de Québec – Université Laval.

Les activités de la Chaire permettront à la population ainsi qu’aux professionnels de la santé qui travaillent en soins et services de première ligne de mieux reconnaître les symptômes de ces maladies et d’établir un diagnostic plus rapide.

Le Dr Laforce et son équipe mettront notamment sur pied la plateforme APP, un site internet qui rassemblera toutes les ressources et renseignements nécessaires à la reconnaissance des symptômes. Le professeur Laforce a également mis au point un test cognitif qui permettra aux médecins de dépister plus rapidement les aphasies primaires progressives et est en processus de validation de divers biomarqueurs qui faciliteront le diagnostic précoce de ces maladies neurodégénératives.

Cette chaire a été rendue possible grâce à un don de 1 M$ sur cinq ans de la Fondation de la famille Lemaire, auquel s’ajoute un montant de 500 000$ provenant de plusieurs autres partenaires.

«La Fondation de la famille Lemaire a été interpellée par les travaux, mais surtout par le dévouement et l’enthousiasme du Dr Laforce», explique Alain Lemaire, administrateur de la Fondation. «Pour la Fondation, il est important de mettre en place des mesures afin de diagnostiquer le plus tôt possible toutes les maladies dégénératives du cerveau et tout particulièrement la maladie d’Alzheimer. La création de la Chaire de recherche sur les aphasies primaires progressives répond à ce souhait.»

«Comme université, nous avons un rôle essentiel à jouer dans la lutte contre les maladies neurodégénératives», ajoute la rectrice de l’Université Laval, Sophie D’Amours. «Merci à la Fondation de la famille Lemaire de croire et d’investir dans cette chaire qui permettra de propulser notre recherche et d’offrir de l’espoir aux quelque 150 000 Québécoises et Québécois atteints d’aphasies primaires progressives.»

«Le Dr Laforce a su rallier de nombreux acteurs facultaires autour de ce projet qui démontre l’importance de rapprocher les soins et la science des personnes affectées et de leurs proches pris au cœur de la tourmente occasionnée par les maladies dégénératives», conclut Jacques Simard, vice-doyen à la recherche et aux études supérieures de la Faculté de médecine.

Source Le Soleil

Vous aimerez aussi