Des antioxydants pour prévenir la maladie d’Alzheimer

12 octobre 2021

Un apport équilibré en antioxydants pourrait prévenir le développement de la maladie d’Alzheimer.

MONTRÉAL and LAVAL, le 12 oct. 2021 /CNW Telbec/ – Une recherche, menée par le doctorant Mohamed Raâfet Ben Khedher et le chercheur postdoctoral Mohamed Haddad de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS), a démontré qu’un déséquilibre entre l’oxydation et les antioxydants dans le sang était un indicateur précoce de la maladie d’Alzheimer, et non une conséquence. Cette avancée des chercheurs, dirigés par le professeur Charles Ramassamy, ouvre la porte à une piste d’intervention préventive : l’apport d’antioxydants.

L’équipe de recherche a montré que des marqueurs oxydatifs, connus pour être impliqués dans la maladie d’Alzheimer, subissent une hausse jusqu’à cinq ans avant le début de la maladie. Les résultats de cette étude, publiés dans la revue Alzheimer’s & Dementia : Diagnosis, Assessment & Disease Monitoring (DADM), appuient l’hypothèse que l’oxydation serait un marqueur précoce de cette maladie qui touche plus de 500 000 Canadiennes et Canadiens.

« Sachant qu’il y a une augmentation du stress oxydant chez les gens qui développent la maladie, nous devrions agir sur les systèmes antioxydants. Par exemple, nous pourrions moduler la régulation de protéines antioxydantes, telles les apolipoprotéines J et D, qui transportent les lipides et du cholestérol dans le sang et jouent un rôle important dans les fonctions cérébrales et dans la maladie d’Alzheimer. Une autre avenue serait d’augmenter l’apport d’antioxydants par la nutrition », rapporte le professeur Ramassamy.

 

➡️ POUR LIRE LA SUITE DU COMMUNIQUÉ  ⬅️ 

 

SOURCE: NEWSWIRE.CA 

Vous aimerez aussi