Effets du cannabis : la bureaucratie freine la recherche

6 janvier 2020

Le cannabis est légal, c’est réglé. Plus que jamais, on veut en connaître tous les effets et les risques. Mais des chercheurs estiment que Santé Canada leur met des bâtons dans les roues.

La légalisation du cannabis devait être l’occasion de multiplier les recherches sur cette drogue pour en connaître mieux les effets, les risques et le potentiel médical. Or, elle a laissé un goût amer chez de nombreux scientifiques, qui se plaignent de voir leurs travaux bloqués ou retardés par les exigences de Santé Canada.

La Presse a recueilli des témoignages de scientifiques de partout au pays qui affirment que les connaissances ne progressent pas comme prévu dans le domaine du cannabis. Selon eux, les études qui impliquent d’administrer du cannabis sur des humains sont particulièrement difficiles à faire approuver. Le problème, selon eux, se trouve du côté du Bureau des essais cliniques de Santé Canada.

« On est vraiment dans une impasse parce que Santé Canada nous demande de l’information [sur le cannabis utilisé dans les études] que même les producteurs n’ont pas. C’est de l’info qui n’existe pas, et ça fait en sorte qu’on ne peut pas faire les études », dénonce le Dr Didier Jutras-Aswad, médecin-psychiatre au CHUM et chercheur au Centre de recherches du CHUM.

« Malgré le changement législatif, il y a beaucoup de contraintes administratives pour faire les recherches. Cela peut facilement prendre une à deux années pour obtenir toutes les autorisations nécessaires », confirme le Dr Bernard Le Foll, chef du Laboratoire de recherches translationnelles sur la dépendance au Centre de toxicomanie et de santé mentale de Toronto.
Chercheurs « menottés »

Le Dr Michael John Milloy, chercheur au Centre sur l’usage des substances de Colombie-Britannique et professeur adjoint au département de médecine de l’Université de la Colombie-Britannique, va jusqu’à dire que les chercheurs sont « injustement menottés par des régulateurs gouvernementaux ».

« À ma connaissance, ce sont des choses qui ont été mentionnées au gouvernement depuis au moins un an. Je reconnais que les élections ont pu avoir un impact, mais j’espère que le gouvernement prendra des mesures pour répondre aux doléances », dit-il.

Même son de cloche du côté du Dr Matthew Hill, professeur adjoint au Hotchkiss Brain Institute de l’Université de Calgary et directeur du Consortium canadien d’investigation sur les cannabinoïdes.

On s’attendait, avec la légalisation, à ce qu’on puisse finalement avoir des réponses. Est-ce que le cannabis est vraiment un traitement efficace contre la maladie X ? Est-ce qu’il peut empirer la maladie Y ? Mais on n’est pas en train d’obtenir ces réponses parce qu’il y a beaucoup de bureaucratie.

Le Dr Matthew Hill, professeur adjoint au Hotchkiss Brain Institute de l’Université de Calgary

Le gouvernement du Canada a pourtant ouvert les valves pour favoriser la recherche sur le cannabis depuis la légalisation. Pour l’année fiscale 2017-2018, les Instituts de recherche en santé du Canada ont débloqué 7,7 millions pour étudier des questions reliées au cannabis, somme qui est passée à 10,5 millions l’année suivante. En comparaison, une moyenne d’environ 1,7 million par an avait été octroyée entre 2001 et 2016..

Projets dans les limbes

Au Centre de recherche du CHUM, le Dr Didier Jutras-Aswad aimerait comprendre les effets des différents types de cannabis sur la santé. Il veut notamment savoir si les sous-espèces Indica et Sativa produisent vraiment des effets différents, et aimerait documenter l’effet des différentes concentrations de THC et de CBD.

Pour ça, il doit administrer différents types de cannabis à des volontaires. Le hic : il est incapable de réunir toutes les informations demandées par le Bureau des essais cliniques de Santé Canada sur les produits qu’il veut faire consommer aux participants.

« On nous demande un dossier extrêmement étayé. On nous demande des données chimiques, des données sur la substance qui sont extrêmement exhaustives. On parle de données sur la pharmacocinétique, la pharmacodynamique, la durée de vie, la transformation chimique au fil des ans… Le problème est qu’il n’y a aucun producteur qui a ça », explique le Dr Jutras-Aswad.

Résultat : faute de pouvoir fournir les données demandées, son projet de recherche est actuellement « dans les limbes ».

« Les projets sont financés, les protocoles sont en place, on pourrait partir dans deux mois. Mais, de par ce problème, on est incapable de commencer », dit-il. Selon lui, ce ne sont pas seulement les scientifiques, mais aussi les consommateurs qui sont perdants.

Sur le marché, il y a tout le spectre des concentrations de THC et de CBD, mais on n’a pas de données scientifiques pour informer les consommateurs.

Le Dr Jutras-Aswad, médecin-psychiatre au CHUM et chercheur au Centre de recherches du CHUM

Ironiquement, le Dr Jutras-Aswad juge que ses recherches étaient plus simples à effectuer à l’époque où le cannabis était illégal.

« C’était le même cadre réglementaire, mais Santé Canada nous permettait d’utiliser le document qu’elle produit elle-même et qui regroupe toutes les données scientifiques sur le cannabis. Cela portait sur le cannabis en général, pas sur un produit spécifique. C’était assurément plus simple », dit-il.

« Le processus actuel est de soumettre une brochure d’investigation, ce qui nécessite d’avoir l’une des entreprises fournissant les informations. Cette étape est contraignante pour des chercheurs indépendants », estime quant à lui le Dr Le Foll, à Toronto.

Le Dr Matthew Hill, de l’Université de Calgary, dit comprendre que les différents types de cannabis ont des propriétés différentes et convient que Santé Canada gère une situation complexe. « Mais le cannabis est quand même utilisé depuis longtemps, et on a une assez bonne idée des doses, des effets secondaires, de la façon dont le corps humain métabolise le cannabis. On a besoin de faire ces études cliniques. Si Santé Canada se penchait vraiment sur la question, on mettrait en place des comités d’experts, on dégagerait des consensus et on arriverait avec des mécanismes plus simples », dit-il.

Le besoin de données scientifiques

À Vancouver, le Dr Michael John Milloy veut, quant à lui, étudier le potentiel du cannabis à prévenir les surdoses d’opioïdes. À cette fin, il devra lui aussi administrer du cannabis à des participants. Le Dr Milloy précise qu’il n’a pas encore déposé de demande en ce sens auprès de Santé Canada. Mais il avoue être « préoccupé » par les exigences qui se dressent devant lui.

« La crise des opioïdes est l’un des plus graves problèmes de santé publique au Canada, et j’aimerais que le gouvernement réagisse rapidement pour faire en sorte qu’on puisse faire notre travail », dit-il.

Le Dr Milloy estime lui aussi que d’autres recherches importantes doivent être lancées sur le cannabis, et plus tôt que tard.

« J’aimerais rappeler au gouvernement que les cliniciens, les patients, le grand public, tout le monde réclame à grands cris plus de données scientifiques afin que l’on puisse mieux comprendre les bénéfices et les risques du cannabis sur la santé humaine. Et nous ne pouvons pas générer ces données si les régulateurs ne nous laissent pas faire notre travail », dit-il.

Une avance qui s’effrite

Les scientifiques déplorent aussi le fait que le pays est en train de perdre son avance scientifique dans la recherche sur le cannabis.

Le Canada est en train de passer à côté d’une occasion unique de développer une position de leadership à l’échelle mondiale. Tout le monde pensait que le Canada allait devenir l’eldorado pour faire de la recherche de haut impact sur le cannabis, mais ce n’est pas ça qui se passe.

Le Dr Jutras-Aswad

« À un moment donné, nos amis au sud de la frontière vont modifier leur façon de voir la recherche sur le cannabis. Si nous ne tirons pas profit de cet avantage maintenant, il va s’effriter », dit aussi le Dr Milloy.

Santé Canada a refusé de nous accorder une entrevue sur le sujet. « Santé Canada reconnaît que la recherche clinique est essentielle pour comprendre l’innocuité et l’efficacité des produits. Des recherches de haute qualité aident les Canadiens à prendre des décisions éclairées fondées sur des données probantes lorsqu’ils utilisent ces produits », a écrit le Ministère dans des notes écrites transmises à La Presse.

Santé Canada précise que les exigences demandées pour les produits contenant du cannabis « sont les mêmes que pour tout produit pharmaceutique utilisé dans un essai clinique ». Le Ministère précise aussi que la réglementation exige que Santé Canada émette une décision dans les 30 jours suivant la réception d’une demande d’essai clinique « jugée complète ».

« C’est vrai qu’une fois la demande jugée complète, ils envoient une réponse dans les 30 jours, confirme le Dr Jutras-Aswad. Le problème est dans la documentation qu’exige Santé Canada avant de considérer un dossier complet. »

Santé Canada précise que les études « qui visent strictement à déterminer les préférences en matière de goût lors du développement de produits pour des fins commerciales sont exclues de la définition d’un essai clinique et ne nécessitent pas de demande d’essai clinique ».

Le Dr Didier Jutras-Aswad y voit un non-sens.

« L’effet net de cette règle est qu’il est considérablement plus facile de mener une étude à des fins de développement commercial que des études visant à comprendre les effets [positifs et négatifs] de la substance sur la santé, même si, dans les faits, ces dernières ne présentent pas plus de risque pour les participants », dit-il.

Source Journal de Montréal

Vous aimerez aussi