IRICoR et Cancer de l’ovaire Canada annoncent 2.3 M$ pour le développement de nouveaux traitements en cancer de l’ovaire

7 avril 2021

MONTRÉAL/ CNW Telbec/ – Le cancer de l’ovaire est le 5e cancer le plus courant chez les femmes, et aussi un des plus mortels. Chaque année, on estime que 3100 Canadiennes recevront un diagnostic de cette maladie, et que 55 % d’entre elles ne survivront pas au-delà de cinq ans.* Compte tenu de ces statistiques alarmantes, IRICoR et Cancer de l’ovaire Canada ont uni leurs forces pour mettre sur pied le concours pan-canadien LeadAction Cancer de l’ovaire.

*Source : Société canadienne du cancer, 2020

Aujourd’hui, IRICoR et Cancer de l’ovaire Canada sont fiers d’annoncer les trois récipiendaires de ce concours, qui vise à soutenir les efforts de recherche liés à la découverte de nouveaux traitements pour les femmes atteintes du cancer de l’ovaire. Un montant total de 2,3 M$ sera investi au cours des deux (2) prochaines années, soit 1,15 M$ provenant d’IRICoR et 1,15 M$ provenant de l’initiative OvCAN de Cancer de l’ovaire Canada, financée en grande partie par Santé Canada.

« Le concours LeadAction Cancer de l’ovaire est un exemple phare de collaboration à son meilleur. En partenariat avec IRICoR, un chef de file dans le domaine de la découverte de médicaments, nous avons invité à la table de décision deux femmes personnellement confrontées au cancer de l’ovaire, afin qu’elles apportent leur propre perspective », a déclaré Elisabeth Baugh, chef de la direction de Cancer de l’ovaire Canada. « Ces projets de haut calibre mèneront sans nul doute à des résultats probants qui aideront les femmes atteintes du cancer de l’ovaire à vivre leur vie pleinement, plus longtemps et en meilleure santé. »

« Nous sommes ravis de nous être associés à Cancer de l’ovaire Canada pour cette troisième édition de la série LeadAction. La vaste expertise de l’équipe et son réseau étendu dans le domaine du cancer de l’ovaire, en plus de son apport clé quant à la perspective des patients, ont contribué au succès de notre concours conjoint LeadAction Cancer de l’ovaire », ajoute Dre Nadine Beauger, Présidente et directrice générale d’IRICoR. « Cette initiative, menée par nos deux organisations pan-canadiennes, a mis en évidence la riche expertise des chercheurs canadiens dans le domaine. »

Les récipiendaires du concours LeadAction Cancer de l’ovaire

Un comité international indépendant d’examen par les pairs a dirigé ce processus compétitif, qui comprenait une évaluation rigoureuse des demandes provenant de différentes institutions à travers le Canada. Les trois (3) projets suivants ont été sélectionnés.

Développement de vaccins thérapeutiques contre le cancer ovarien [L’équipe du Dr Claude Perreault, chercheur principal à l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie (IRIC) de l’Université de Montréal]

L’immunothérapie est l’approche à avoir fait les progrès les plus importants ces dernières décennies pour le traitement de nombreux types de cancer. Cependant, le traitement du cancer ovarien n’a pas encore profité des progrès de cette approche. La découverte de molécules (appelées antigènes) qui sont spécifiques au cancer ovarien et qui ont le potentiel d’être ciblées par le système immunitaire permettra d’appliquer l’immunothérapie au cancer ovarien. Grâce à une approche révolutionnaire, cette équipe a découvert 55 de ces antigènes spécifiques. En moyenne, les cancers ovariens présentent 5 à 6 de ces antigènes nouvellement découverts à leur surface. L’objectif est de développer un vaccin thérapeutique, basé sur ces antigènes, pour traiter le cancer ovarien. Ce projet présente une approche novatrice de production de tels vaccins et d’évaluation de leur efficacité à stimuler le système immunitaire.

www.iric.ca/fr/recherche/chercheurs-principaux/claude-perreault

Nouveau traitement combinant un virus oncolytique et un anticorps conjugué à un médicament ciblant HER2 pour le traitement du cancer de l’ovaire [L’équipe du Dr Jean-Simon Diallo, Chercheur principal au Centre for Innovative Cancer Research (CICR) de l’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa]

Au cours des dernières décennies, les options thérapeutiques ciblées pour le cancer de l’ovaire se sont peu améliorées. Plusieurs cancers de l’ovaire présentent des niveaux élevés de la protéine cellulaire dénommée récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain (HER2). Toutefois, il n’existe aucune thérapie ciblant HER2 approuvée en traitement du cancer de l’ovaire. L’équipe de recherche du Dr Diallo développe une thérapie ciblée vers HER2 combinant le Kadcyla®, médicament approuvé pour traiter le cancer du sein, avec un virus oncolytique qui élimine spécifiquement les cellules cancéreuses. Cette approche à deux volets combine une activité anti-cancéreuse avec une vulnérabilité accrue des cellules cancéreuses au virus oncolytique qui peut infecter la tumeur de façon spécifique et introduire un programme génétique induisant une réponse immunitaire suivie d’une rémission du cancer. Ce projet vise à évaluer la combinaison optimale du Kadcyla® et de souches candidates de virus oncolytiques conçues et sélectionnées de façon rationnelle.

www.ohri.ca/profile/jdiallo/profile

Cellules CAR-T modifiées par gène métabolique pour le traitement du cancer de l’ovaire [L’équipe du Dr Julian J. Lum, Chercheur principal au Deeley Research Centre, BC Cancer]

L’immunothérapie par lymphocytes T à récepteur antigénique chimérique (CAR-T) a démontré une efficacité remarquable pour traiter certains types de cancers du sang. Cependant, la thérapie par lymphocytes CAR-T n’a toujours pas d’impact significatif chez les patientes atteintes d’un cancer de l’ovaire. Au cours de la dernière décennie, Dr Lum et son équipe ont fait d’importantes découvertes liées aux mécanismes utilisés par les cancers de l’ovaire pour déjouer le système immunitaire. En particulier, ils ont démontré que la suppression du gène ATG5 pouvait rétablir les propriétés antitumorales du système immunitaire. Ce projet de plateforme de modifications génétiques visant à produire des cellules CAR-T mènera à une application d’essai clinique mettant à profit le BC Cancer Immunotherapy Program. Ce projet mènera non seulement à des bénéfices potentiels pour les patientes atteintes d’un cancer de l’ovaire, mais il sera également un pionnier dans ces types de programmes au Canada, générant un savoir-faire important pour l’avenir.

www.lumlab.ca

À propos d’IRICoR

Centre d’excellence en commercialisation et en recherche (CECR), et chef de file en découverte de médicaments, IRICoR est un organisme pancanadien basé à l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie (IRIC) de l’Université de Montréal. Le mandat d’IRICoR est d’accélérer le développement de nouvelles thérapies en cancer et maladies rares vers leur commercialisation. Depuis 2008, IRICoR assure une transition efficace et rapide de la recherche fondamentale vers des solutions thérapeutiques, par le biais de partenariats de codéveloppement avec l’industrie biopharmaceutique ou de création d’entreprises dérivées. L’organisme sélectionne, investit et soutient, avec succès, des projets novateurs mitigeant ainsi leur risque de développement. IRICoR allie expertises d’affaires et recherche de pointe selon les standards de l’industrie tout en donnant accès à des projets académiques et de l’industrie, à son réseau d’experts et à des infrastructures de pointe incluant une des plus grandes unités de découverte de médicaments en milieu académique au Canada. Les principales sources de financement d’IRICoR proviennent du Programme des CECR du gouvernement canadien, du Ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec (MEI) et des partenariats collaboratifs avec l’industrie biopharmaceutique.

Pour plus d’information à propos d’IRICoR : iricor.ca/fr

À propos de Cancer de l’ovaire Canada

Cancer de l’ovaire Canada défend la santé et le bien-être des femmes atteintes du cancer de l’ovaire et de celles qui en sont à risque tout en favorisant la progression de la recherche pour sauver des vies. Cancer de l’ovaire Canada est la seule organisation nationale vouée à vaincre cette maladie, et à faire en sorte que les femmes atteintes du cancer de l’ovaire et celles qui en sont à risque vivent pleinement, plus longtemps et en meilleure santé. www.ovairecanada.org

SOURCE IRICOR

Renseignements: Renseignements ou entrevues : Noémie Desbois Mackenzie, Conseillère, Communication, Relations publiques et gouvernementales, IRICoR, 514 475-7682, noemie.desbois.mackenzie@umontreal.ca ; Janice Chan, Directrice, Marketing et Communications, Cancer de l’ovaire Canada, 877 413-7970 ext. 229, jchan@ovariancanada.org

 

Vous aimerez aussi