La face cachée de l’ARN

25 novembre 2021

Grâce à l’intelligence artificielle, une équipe de recherche québécoise étudie la structure de l’ARN pour en exploiter les fonctions.

Le rôle de l’acide ribonucléique (ARN) sur le plan génétique est bien connu : il transfère l’information de l’acide désoxyribonucléique (ADN) qui sera ensuite transformée en protéine. Or, l’ARN peut également avoir des fonctions analogues à celles des protéines selon sa structure tridimensionnelle. Le professeur Jonathan Perreault, de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS), collabore avec le professeur Nawwaf Kharma, de l’Université Concordia, pour comprendre le fonctionnement des structures d’ARN complexe.

Les deux chercheurs travaillent avec un programme informatique qui leur permet de reproduire des ARN pour étudier leurs fonctions complexes.

Expert en microbiologie et en biochimie, le professeur Perreault compare l’ARN à une photocopie papier du livre génétique qu’est l’ADN. « La photocopie qui transporte l’information nécessaire à la synthèse des protéines peut également servir d’avion en papier. On conserve l’information, mais la forme elle-même accomplit une fonction », explique-t-il.

 

➡️ POUR LIRE LA SUITE DE L’ARTICLE ⬅️ 

 

SOURCE: INRS.CA

Vous aimerez aussi