Le complexe Endoceutics survivra à son fondateur

4 février 2019

DÉVELOPPEMENT. Le décès subit du Dr Fernand Labrie ne devrait pas compromettre son rêve d’implanter un vaste complexe pharmaceutique dans la région de Québec. Déjà, la phase I est érigée aux limites sud de L’Ancienne-Lorette et l’entreprise, qui produit l’Intrarosa surnommé le «Viagra féminin», continuera son déploiement au cours des prochaines années.

Un coup de fil à la direction d’Endoceutics a permis de confirmer l’intention de poursuivre le projet de complexe pharmaceutique tel qu’envisagé par son fondateur. Le Dr Fernand Labrie est décédé à la mi-janvier des suites d’une infection fulgurante à l’âge de 81 ans.

«Notre développement suit son cours normalement. C’était le rêve du Dr Labrie et l’équipe continue à œuvrer à sa réalisation», a-t-on fait savoir brièvement. Impossible toutefois d’obtenir plus de détails sur les échéanciers de l’implantation de l’usine sur le prolongement de la rue Yvon-Dolbec.

Bâtie au coût de 24M$, la première phase de l’usine devrait accueillir les employés en février ou mars prochain. Il est d’abord prévu d’y fabriquer une composante, soit l’applicateur de l’Intrarosa, le produit phare de cette firme québécoise spécialisée dans le développement d’un traitement alternatif aux oestrogènes. Sa prétention est de contrer certains effets de la ménopause chez les femmes.

Phases à venir

Au terme de trois autres phases de construction, la production du remède contre la sécheresse vaginale sera entièrement réalisée dans les installations lorettaines. Évalué autour de 80M$, l’investissement global devrait s’étaler par étapes, au rythme du développement du marché mondial. Le produit est déjà approuvé en Europe et aux États-Unis, et devrait bientôt l’être au Canada.

Le projet de complexe pharmaceutique avait été présenté par son fondateur, Dr Fernand Labrie, au maire de L’Ancienne-Lorette, Émile Loranger, à l’automne 2017. (Photo Métro Média – Archives)

L’entreprise nourrit de grandes ambitions et espère un jour embaucher jusqu’à 1000 travailleurs. En conférence de presse, il y a deux ans, le Dr Labrie avait déclaré «pouvoir enfin exaucer mon souhait d’implanter une entreprise pharmaceutique de calibre international dans la région de Québec. En plus, le site est idéal, à proximité de l’aéroport et des hôtels.»

Vous aimerez aussi