Le CQDM financera une collaboration internationale réunissant Raya Therapeutic, Eikonizo Therapeutics et l’Université McGill

20 juin 2021

Le CQDM financera une collaboration internationale réunissant Raya Therapeutic, Eikonizo Therapeutics et l’Université McGill visant à élaborer de nouveaux traitements pour la sclérose latérale amyotrophique (SLA)

MONTRÉAL –  En cette Journée mondiale de sensibilisation à la SLA, le CQDM est fier d’annoncer le financement d’une collaboration internationale de 1,7 M$ entre l’Université McGill, Raya Therapeutic (Montréal – Québec) et Eikonizo Therapeutics (Cambridge – Massachusetts). Outre la participation financière de ces deux partenaires privés, cette subvention au laboratoire du professeur Thomas Durcan au Neuro (Institut-Hôpital neurologique de Montréal), Université McGill accordée dans le cadre du programme SynergiQC du CQDM voit le jour grâce notamment aux contributions du ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI) et à l’initiative Cerveau en santé, vie en santé de l’Université McGill.

Aussi appelée maladie de Lou Gehrig, la SLA est une maladie neurodégénérative dévastatrice caractérisée par une perte progressive des motoneurones et une dénervation des fibres musculaires, entraînant une faiblesse musculaire et une paralysie. La SLA est une maladie mortelle qui emporte ses victimes dans les 2 à 5 années suivant son diagnostic initial. Les traitements actuels sont peu nombreux et leur efficacité laisse à désirer.

Dans le cadre de ce projet, l’équipe du professeur Durcan, qui recevra une contribution financière du MEI de près de 725 000 $, accomplira des études précliniques visant à évaluer l’efficacité de 6 candidats-médicaments, utilisés en monothérapie ou en polythérapie, pour traiter la SLA. Chaque candidat-médicament fourni par les partenaires privés cible différentes voies qui seraient impliquées dans la mort neuronale liée à la SLA. Cette collaboration s’appuie sur la plateforme de découverte de médicaments unique développée par l’équipe du professeur Durcan ayant déjà fait l’objet d’un financement du MEI et du CQDM. Cette plateforme révolutionnaire utilise des cellules souches pluripotentes issues de patients atteints de la SLA et permet la découverte de médicaments pour les maladies affectant le système nerveux central.

Si les résultats sont concluants, Raya Therapeutic et Eikonizo Therapeutics pourront démarrer des études cliniques qui pourraient aboutir à de nouvelles options de traitements pour les personnes atteintes de la SLA. Ce projet devrait éventuellement attirer d’autres investissements vers des organisations québécoises visant par exemple l’accomplissement d’études de toxicité et la production de médicaments.

« Notre gouvernement a particulièrement à cœur d’appuyer de telles initiatives de collaboration internationale, qui accélèrent la découverte de médicaments et font du Québec un haut lieu du développement de traitements novateurs. En soutenant ce projet réalisé par l’équipe du professeur Durcan, nous contribuons avec fierté à l’avancement de la recherche pour améliorer la qualité de vie de nombreux patients atteints de maladies neurodégénératives », soutient Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux.

« Souvent, les nouveaux traitements offerts aux patients sont le fruit de plusieurs années de collaborations entre des organismes publics et privés. Ce projet illustre le succès de la recherche collaborative soutenue par le MEI, car elle repose largement sur les outils et méthodes élaborés il y a quelques années grâce au financement du CQDM. Ce faisant, elle les raffine de manière à identifier et à développer des solutions novatrices pour les personnes souffrant de SLA », affirme Véronique Dugas, Directrice principale, Affaires scientifiques et Partenariats au CQDM.

« Rendue possible par le CQDM, cette collaboration est un excellent exemple de sociétés de biotechnologie telles que Raya et Eikonizo travaillant avec une institution universitaire de classe mondiale, Le Neuro, afin d’accélérer la découverte de traitements potentiels pour les personnes atteintes de SLA. Nous sommes particulièrement enthousiastes à l’idée d’utiliser la nouvelle plateforme du professeur Durcan pour identifier des combinaisons de composés neuroprotecteurs », a déclaré Kim Staats, Ph.D., conseillère scientifique de Raya Therapeutic.

« Nous sommes ravis de participer à ce projet, car il s’agit d’une excellente occasion pour Eikonizo de travailler avec l’équipe du professeur Durcan et la plateforme unique et rigoureuse qu’ils ont construite à McGill pour faire progresser la recherche sur la SLA « , a déclaré Janice Kranz, Ph.D., cofondatrice, PDG et présidente d’Eikonizo.

Pour l’initiative Cerveau en santé, vie en santé de l’Université McGill (HBHL) : « Grâce à son programme de neuropartenariats, HBHL est fier de contribuer au financement de ce nouveau projet en collaboration avec le CQDM et d’autres partenaires industriels. Comme ce projet vise à développer une thérapie efficace et sûre pour la SLA, il s’inscrit dans la vision de HBHL de réduire le fardeau des maladies neurologiques et d’améliorer la qualité de vie des Canadiens et des personnes dans le monde entier ».

À propos du CQDM 

Le CQDM est un consortium de recherche biopharmaceutique qui a pour mission de financer le développement de technologies et d’outils novateurs afin d’accélérer la découverte et le développement de médicaments plus sûrs et efficaces. Il offre un carrefour où convergent les grandes entreprises pharmaceutiques mondiales, plusieurs sociétés de biotechnologie canadiennes, les meilleurs chercheurs des milieux publics et privés, ainsi que les gouvernements du Québec et du Canada. L’approche collaborative du CQDM permet de combler les besoins en matière de financement de l’innovation dans les milieux universitaires et privés, particulièrement aux stades précoces de la recherche. Renseignements : https://www.cqdm.org/fr

À propos de Cerveau en santé, vie en santé de l’Université McGill

Le projet Cerveau en santé, vie en santé (HBHL) vise à accélérer les découvertes translationnelles et à créer un centre d’excellence mondial en neuro-informatique à l’Université McGill. Soutenu par le Fonds d’excellence en recherche du Canada, le ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec et le Fonds de recherche du Québec (FRQS, FRQSC et FRQNT), HBHL s’appuie sur l’excellence scientifique et le leadership mondial de McGill dans des domaines des neurosciences très prometteurs pour obtenir des résultats applicables et cliniquement efficaces en matière de santé cérébrale et mentale.

À propos de Raya Therapeutic, Inc

Raya est une société biopharmaceutique privée, dont la mission se concentre sur le développement de petites molécules orales, capables de pénétrer la barrière hémato-encéphalique, pour traiter la sclérose latérale amyotrophique (SLA). En raison de l’urgence du problème de la SLA, Raya prévoit de faire progresser plusieurs composés vers un seul essai clinique de phase 3 dès que possible. La mise au point d’un médicament unique qui apportera une amélioration substantielle sera très difficile car la SLA est une maladie très hétérogène. Le traitement efficace de la SLA nécessitera probablement une combinaison de différentes thérapies avec différentes cibles ou mécanismes d’action. Raya est considérée comme la seule société ayant une stratégie globale de développement de plusieurs médicaments, seuls et en association, en tirant parti des synergies potentielles dans le traitement de la maladie. Raya travaille avec plusieurs cliniciens et chercheurs réputés dans le domaine de la SLA afin d’optimiser la voie de développement des composés de la société. Pour de plus amples informations, veuillez consulter le site www.rayatherapeutic.com.

À propos d’Eikonizo Therapeutics, Inc.

Eikonizo est une société privée de biotechnologie qui développe des thérapies susceptibles de changer la vie en créant de petites molécules pénétrant le cerveau et en déployant des techniques d’engagement de cibles in vivo pour réduire les risques et accélérer l’identification des thérapies. Notre premier programme est axé sur une thérapie modificatrice de la maladie, pour ralentir ou arrêter la neurodégénérescence. Le fondateur académique d’Eikonizo est Jacob Hooker, docteur en neurosciences chimiques et Phyllis et Jerome Lyle Rappaport MGH Research Scholar au Massachusetts General Hospital (MGH), professeur de radiologie à la Harvard Medical School et directeur de la radiochimie au Athinoula A. Martinos Center for Biomedical Imaging. Eikonizo est financé par Kevin Kinsella (fondateur d’Avalon Ventures), F-Prime Biomedical Research Initiative (FBRI), Arclight Therapeutics LLC, et Alzheimer’s Drug Discovery Foundation (ADDF), entre autres investisseurs. Pour plus d’informations, veuillez consulter le site https://www.eikonizo.com.

 

SOURCE: CQDM.ORG

Vous aimerez aussi