Le remdésivir franchit une étape clé

10 octobre 2020

Il est le premier médicament officiellement recommandé contre la COVID-19 au Québec

• À lire aussi: Les labos de la planète en alerte

L’hospitalisation du président américain a braqué les projecteurs sur les deux médicaments sur lesquels les médecins comptent le plus pour lutter contre la COVID-19 : le remdésivir et la dexaméthasone.

Donald Trump a reçu les deux. Ils sont respectivement reconnus pour réduire le temps d’hospitalisation et la mortalité. Ils s’adressent uniquement aux patients les plus atteints.

Le président des États-Unis a ainsi bénéficié de plusieurs doses de remdésivir.

Ce médicament vient tout juste d’être recommandé par l’Institut national d’excellence en santé et services sociaux, l’INESSS, l’organisme qui conseille le gouvernement du Québec en matière de médicaments.

«Le remdésivir est effectivement le premier médicament évalué par l’INESSS pour remboursement dans le traitement de la COVID. […] En tenant compte de l’ensemble des aspects prévus par la loi, l’INESSS a recommandé au ministre d’inscrire Veklury (remdésivir) sur la Liste des médicaments – Établissements pour le traitement de la maladie à coronavirus», a indiqué la porte-parole Olivia Jacques.

Caractéristique rare

Les chercheurs n’ont pas fini de découvrir des bienfaits à ce médicament. Récemment, des scientifiques de l’Université de l’Alberta ont révélé que le remdésivir avait une caractéristique rare : il peut combattre le virus par deux mécanismes différents.

On connaissait sa capacité à bloquer la reproduction du virus, mais les chercheurs ont démontré qu’il pouvait aussi agir comme un barrage routier, pour arrêter ou retarder sa progression dans le corps d’un malade.

Quant à l’approvisionnement, les doses, en ce moment, sont limitées, explique le ministère de la Santé du Québec.

Elles sont divisées entre les provinces selon les besoins actuels.

Santé Canada avise que «le gouvernement a signé une entente avec Gilead Sciences et McKesson Canada afin d’obtenir un approvisionnement pouvant atteindre 150 000 fioles de remdésivir. Les premières livraisons ont débuté en septembre et vont se poursuivre jusqu’au début de 2021».

Dernièrement, toutefois, un événement est venu jeter une ombre sur l’enthousiasme entourant le remdésivir.

Le comité de pharmacovigilance de l’Agence européenne de médecine a annoncé qu’elle investigue sur un possible lien entre la prise du médicament et une atteinte sévère aux reins, à la suite d’études qui avaient soulevé ce problème grave chez des animaux de laboratoire.

Dexaméthasone

Quant à la dexaméthasone, «le médicament est utilisé sur le terrain pour les patients plus malades que la population visée par remdésivir. Il est remboursé à la liste régulière pour les personnes hospitalisées», a indiqué l’INESSS.

CE QU’EN PENSE LE DOC BÉLIVEAU

Face à une maladie comme la COVID-19, tout ce qui améliore notre approche thérapeutique face au virus est important. L’approbation du remdésivir est donc une bonne nouvelle, même s’il faut demeurer conscient que ce médicament ne pourra pas à lui seul mettre un terme à la pandémie. Le coût de ce médicament est également assez élevé.

REMDÉSIVIR

Antiviral développé à l’origine pour traiter l’Ebola, il a été étudié dès le début de la pandémie et les recherches ont démontré qu’il peut réduire la durée de l’hospitalisation des patients sous oxygène de quatre jours. Il est administré à des adultes et des adolescents âgés de 12 ans ou plus et pesant au moins 40 kg qui présentent une pneumonie nécessitant une oxygénothérapie à faible débit.

DEXAMÉTHASONE

Le médicament de la famille des corticostéroïdes est utilisé sur le terrain pour les patients plus malades que la population visée par remdésivir. Il est remboursé à la liste régulière pour les personnes hospitalisées. Il a été jugé efficace par l’Organisation mondiale de la santé.

AUTEURE: STÉPHANIE MARTIN

SOURCE: JOURNAL DE MONTRÉAL

Vous aimerez aussi