L’entreprise Terranueva s’implante à L’Assomption

13 mars 2019

ENTREPRISE. Décrite comme une usine intelligente, moderne et suivant les innovations technologiques, Terranueva se consacrera à la transformation, à la culture et à la vente de cannabis de première qualité. Établie au cœur de L’Assomption, l’usine souhaite également développer un cadre de recherche. L’Hebdo Rive Nord assistait récemment à son ouverture officielle.

Terranueva à L'Assomption

©Photo Sarah Elisabeth Aubry – Hebdo Rive Nord

La députée du Bloc Québécois, Monique Pauzé, au centre le chef de la direction de Corporation Terranueva, Pierre Ayotte et à droite le maire de L’Assomption, Sébastien Nadeau sont fiers de voir l’entreprise Terranueva s’installer à L’Assomption ayant des impacts positifs pour le secteur.

S’inscrivant dans le pôle d’innovation et de recherche L’Assomption Vert Cité, Terranueva a également pour objectif la création d’emplois de qualité dans le secteur. « On est au cœur d’un nouveau projet économique à L’Assomption, jumelant l’agriculture et l’industriel, afin d’en faire un pôle d’innovation en agroalimentaire industriel. Ça cadre très bien dans la vision que nous avons à L’Assomption », a exprimé le maire, Sébastien Nadeau.

Concentrée à miser sur l’apport de la technologie, l’entreprise tentera de voir à un développement à grande échelle, afin de répondre à la demande du marché du cannabis en plein essor. « Les citoyens de L’Assomption ont avec Terranueva un nouveau moteur économique pour leur municipalité.

Créateur d’emplois et de richesses fondées sur des technologies modernes et des engagements importants en matière de recherche et développement, voilà la recette pour créer un futur enviable pour les générations à venir », soutient le chef de la direction de Corporation Terranueva, Pierre Ayotte.

Terranueva à L'Assomption

©Photo Sarah Elisabeth Aubry – Hebdo Rive Nord

La culture de cannabis s’effectuera dans des salles blanches au sein de l’usine.

Après Electrolux 

Avec la fermeture d’Electrolux depuis plusieurs années, des investisseurs ont vu l’opportunité de s’installer à L’Assomption. Après avoir rencontré l’équipe de  Terranueva il y a près de huit mois, le maire Sébastien Nadeau a remarqué la vision claire et le projet s’y rattachant.

C’est officiellement le 22 février dernier que Terranueva a pu obtenir les permis nécessaires par Santé Canada. « C’est dans cette usine à la fine pointe de la technologie avec les normes les plus élevées d’automatisation et contrôle que Terranueva amorcera très prochainement sa première culture de cannabis », précise M. Ayotte. Celle-ci devrait commencer vers l’été et se fera en salle blanche plutôt qu’en serre.

Chaque étape liée à la culture du cannabis sera contrôlée. Ce sont 8% des ventes qui seront investies aux volets de recherche et de développement.

Terranueva à L'Assomption

©Photo gracieuseté – Ville de L’Assomption – Hebdo Rive Nord

Le maire de L’Assomption, Sébastien Nadeau (au centre) et les intervenants issus de différents milieux politique, économique, technologique et municipal.

Les besoins du marché 

Situé en face de l’ancienne usine d’Electrolux, le bâtiment sera disposé sur deux étages de 10 000 pieds carrés ou sur un étage de 20 000 pieds carrés, une décision qui devra se confirmer. À la fine pointe de la technologie, M. Ayotte précise que toutes les compositions seront contrôlées à tout égard. Pour assurer le respect de l’environnement, aucune odeur ne sera envoyée à l’extérieur, puisque l’usine est verte.

Terranueva exploitera le marché du cannabis récréatif, médicinal et pharmaceutique. Visant un marché large incluant la Société québécoise du cannabis (SQDC) et l’international, l’entreprise travaillera à développer des produits, des recettes, des études cliniques, etc. Tout est pensé pour concevoir le produit, dont le dosage, la température des pièces, la luminosité, etc.

On retrouve au premier étage des salles de fleuraison, de végétation, de séchage, de découpe et une partie laboratoire. Toutes les salles sont contrôlées par des ordinateurs permettant d’ajuster la lumière, l’humidité, l’injection de dioxyde de carbone dans les plantes, etc. Dans un premier temps, l’usine sera désinfectée au maximum, permettant d’éliminer les pesticides, les métaux durs et les bactéries.

Sécurité du bâtiment  

Plusieurs mesures ont été prises, afin de sécuriser le bâtiment. Toujours dans la visée de limiter les bactéries, tout un processus est instauré pour les employés. Ces derniers doivent porter un équipement nécessaire et des lunettes pour se protéger et respecter leur environnement de travail. Une pression positive s’effectue à partir des serres pour éliminer les bactéries et les envoyer à l’extérieur.

Dans les prochaines semaines, la production va débuter et s’étirera sur une période de 90 jours. La récolte sera la prochaine étape avec l’évaluation du cannabis. À travers ce processus, Santé Canada doit vérifier les conditions. Une partie laboratoire est réservée à tester la concentration de cannabis. Nécessitant une salle de végétation, puisque son rythme est plus important, il y a en deux destinées pour la fleuraison. « Ce que L’Assomption gagne aujourd’hui ce n’est juste une usine de cannabis, mais un centre de recherche », en convient Pierre Ayotte.

Important chiffre d’affaires  

Avec un investissement de près de 10 millions de dollars, le chef de la direction de Corporation Terranueva estime que près de onze employés pourront rejoindre l’usine pour le volet recherche. Il ajoute que le chiffre d’affaires équivaut à un million de dollars par employé. L’entreprise estime qu’elle pourra hausser sa capacité à plus de 21 tonnes métriques annuellement de cannabis séché lorsque le site sera terminé.

Vous aimerez aussi