Les chirurgies bariatriques maintenant accessibles sur la Côte-Nord

19 janvier 2020

Les chirurgies bariatriques sont maintenant effectuées au Centre intégré de santé et de services sociaux de la Côte-Nord (CISSS). L’opération qui permet des pertes de poids substantielles est offerte à Baie-Comeau depuis janvier.

Christine Émond fait partie des personnes qui seront bientôt opérées. Elle subira une gastrectomie pariétale. Afin de diminuer la quantité d’aliments qu’elle peut ingérer, le trois quarts de son estomac sera retiré à l’aide d’incisions faites sur son abdomen.

Sa décision a été longuement réfléchie. J’ai essayé beaucoup de choses avant. Un entraîneur privé, des régimes, le régime liquide, ça ne fonctionnait pas dans mon cas, dit-elle.

La chirurgie, c’est vraiment un dernier recours. – Christine Émond

De son côté, Pierre Thibault, un Baie-Comois qui pesait 475 livres, a subi une chirurgie bariatrique en novembre 2018. Il pèse maintenant 200 livres et ne regrette pas son choix.

C’est quelque chose de magique. Plus de restrictions, la facilité de faire les choses, de marcher et de ne pas être épuisé, de ne pas être fatigué, à bout de souffle après une courte période d’activité physique, décrit-il.

Pierre Thibault a subi une dérivation bilopancréatique, une chirurgie encore plus complexe que ce qui est offert aujourd’hui à Baie-Comeau. Il se souvient du pénible trajet de retour à la suite de son opération.

C’est beaucoup de situations inconfortables [les longues distances à parcourir]. On a mal au ventre, on a des chaleurs, on sort d’une anesthésie générale quand même donc c’est un gros choc pour le corps.

Pierre Thibault a dû refaire la route vers Québec à plusieurs reprises par la suite.

De nombreux suivis sont nécessaires pour s’assurer de la santé des patients et la réussite de l’opération, précise le chirurgien général au CISSS de la Côte-Nord Olivier Mailloux.

Ces patients-là vont avoir un suivi rapproché téléphonique et un suivi rapproché les deux premières années avec l’équipe multidisciplinaire et un suivi à vie idéalement, mais pour les cinq premières années dans notre établissement, rapporte-t-il.

Près de 175 personnes sont déjà inscrites sur la liste d’attente sur la Côte-Nord.

Avec les informations d’Alexie André-Belisle

Source Radio-Canada

Vous aimerez aussi