Les Entretiens Jacques Cartier : rassembleur et développeur de relations entre le Québec et la France

4 novembre 2019

La majorité des répondants du Québec et de la France au Baromètre des EJC affirment avoir développé des projets de responsabilité sociale

MONTRÉAL, le 4 nov. 2019 /CNW Telbec/ – À partir d’aujourd’hui et jusqu’au 6 novembre 2019, pour la 32ème année consécutive, les acteurs économiques, académiques, scientifiques, culturels et institutionnels du Québec, d’Ottawa et de la France se rassemblent pour renforcer l’écosystème franco-québécois lors des conférences, événements et rencontres de réseautage durant les Entretiens Jacques Cartier qui ont lieu au Québec et à Ottawa.

Les Entretiens Jacques Cartier représentent le plus grand événement annuel francophone organisé entre la France et le Canada. Tenu chaque année alternativement au Québec et à Ottawa, et en France (Auvergne-Rhône-Alpes), la finalité de cette rencontre est de faire perdurer une dynamique d’échange du monde économique franco-québécois. Une formidable occasion pour les participants d’internationaliser et d’explorer de nouveaux marchés en créant et renforçant leurs liens commerciaux avec de futurs partenaires, comme en témoigne la présence de grandes entreprises telles que Michelin, Moment Factory, ou Hydro-Québec, mais aussi des représentants du monde scientifique comme Axel Kahn et de nombreuses universités et institutions des deux côtés de l’Atlantique.

Cette année encore, plus de 5 000 acteurs et décideurs échangeront autour des huit grands thèmes du programme :

●  Santé/sciences de la vie,

●  Énergie et développement durable,

●  Mobilité/territoires et villes intelligentes,

●  Enjeux sociaux et économiques,

●  Finances et affaires juridiques,

●  Numérique et technologies,

●  Entrepreneuriat,

●  Culture, art et performance.

Au total, ce sont plus de 500 conférenciers et experts qui animeront plus de 30 événements au programme : 60 % sont québécois et 40 % français, et près de la moitié proviennent du monde économique. À ce jour, ce sont, plus de 14 000 conférenciers et plus de 70 000 acteurs qui se sont rassemblés autour de 600 événements et conférences dans le cadre des éditions des EJC.

FORUM REGARDS CROISÉS FRANCE X QUÉBEC

Grande nouveauté de l’édition 2019, le Centre Jacques Cartier dédie plusieurs sessions à l’entrepreneuriat et aux affaires, dont le « Forum regards croisés sur le commerce France-Québec » qui se tiendra le 5 novembre. Ce forum est développé avec la Chambre de commerce du Montréal métropolitain. Des chefs d’entreprises de renom y partageront leurs expériences afin d’inspirer d’autres entreprises à poursuivre leur croissance dans ces deux marchés.

UNE DÉLÉGATION FRANÇAISE DE PLUS EN PLUS IMPORTANTE

Alors que la France représente aujourd’hui le deuxième investisseur au Québec, dans un contexte économique et commercial de plus en plus mondialisé, les échanges se renforcent mais deviennent aussi de plus en plus nécessaires. Le rôle d’organisme rassembleur du Centre Jacques Cartier prend ainsi de plus en plus de valeur. Au-delà des 30 entreprises privées effectuant le déplacement jusqu’à Montréal pour participer aux échanges, et des 180 conférenciers français, ce sont plus de 90 partenaires officiels français cette année qui feront partie de délégations pour contribuer à la perpétuation d’un réseau dynamique et coopératif.

LE BAROMÈTRE DES EJC : ÊTES-VOUS SOCIALEMENT RESPONSABLE ?

Pour la troisième année consécutive, un baromètre a été proposé à plus de 120 participants triés sur le volet et représentant des entreprises et organismes québécois et français. Nouveauté cette année : les répondants ont pu partager et comparer leurs visions de la responsabilité sociale d’entreprise (RSE).

Frédéric Bove, Directeur général du Centre Jacques Cartier, revient sur cette initiative : « Nous sommes heureux de présenter cette première édition du baromètre sur la responsabilité sociale. C’est un aspect qui devient de plus en plus important pour les entreprises, que ce soit au Québec comme en France. Cet outil est disponible pour toutes les organisations intéressées et propose des axes de réflexion en faisant ressortir les similitudes et différences, et en permettant alors de partager des bonnes pratiques. Ce partage est la base des Entretiens Jacques Cartier. »

Les résultats montrent que la RSE est réellement ancrée dans le monde des entreprises d’aujourd’hui. En effet, la majorité des répondants affirment avoir des projets de RSE, soit 71,5 % pour le Québec et 67 % pour la France. Nous voyons en revanche une grande différence : toutes les entreprises québécoises projettent au moins d’en réaliser si elles n’ont pas encore de projet RSE, alors que 5 % des répondants français n’envisagent pas d’en avoir du tout.

La manière de communiquer et d’intégrer la RSE à ses objectifs marque une divergence des deux côtés de l’Atlantique puisque les répondants québécois l’incluent plutôt à leur communication commerciale (pour 15,5 % d’entre eux) et à leurs plans d’actions pour (18 %). En France, les répondants l’intègrent en majorité à leur communication institutionnelle (17,5 %).

Autre différence significative : la manière dont les employés sont impliqués dans la prise de décision. Alors que cela paraît plus commun au Québec, avec 27 % des répondants qui impliquent leurs employés dans les processus décisionnels (contre 16 % en France) mais aussi avec 7,5 % des organismes qui rattachent la RSE à un comité bénévole d’employés alors que ce n’est pas une pratique en France. De plus, moins de 8% des répondants français estiment qu’il est important d’être à l’écoute des employés et de les impliquer dans la prise de décision. Enfin, le bénévolat ou le pro-bono est également plus répandu dans la province : 24 % des entreprises l’encouragent contre moins de 15 % en France.

En termes de freins au développement d’une politique RSE, les québécois mettent de l’avant le manque de connaissances des aides possibles du gouvernement, un défi pour 22 % d’entre eux, qui ne se retrouve pas en France, où c’est plutôt le manque de main-d’œuvre qui pose problème (pour 29 % des répondants). Le manque de ressources financière et de visibilité sur le retour sur investissement reste un des freins les plus importants pour les québécois (45,7%) et les français (41,5%).

Pour cette première édition du baromètre sur la RSE, la vision générale de la RSE et les objectifs pour développer des projets RSE sont très similaires au Québec et en France. Les différences qui ont été soulevées sont plus importantes dans la mise en pratique de cette dernière, et dans la manière d’impliquer les différents acteurs de la RSE.

À PROPOS DU CENTRE JACQUES CARTIER
Créé en 1984, le Centre Jacques Cartier (CJC) est un acteur majeur de la coopération entre le Québec, Ottawa, la France (Auvergne-Rhône-Alpes). Avec plus de soixante partenaires publics et privés des deux côtés de l’Atlantique, la mission du Centre est de fédérer ses partenaires, d’optimiser une dynamique de réseau liée à l’innovation et d’accélérer les opportunités économiques ainsi que le rayonnement et l’attractivité des territoires autour d’évènements francophones comme les Entretiens Jacques Cartier.

SOURCE Entretiens Jacques Cartier

Vous aimerez aussi