L’industrie des sciences de la vie et les chercheurs du Québec se mobilisent dans la lutte contre la COVID-19

8 avril 2021
En ces temps de pandémie, la recherche démontre son utilité et sa force. L’industrie des sciences de la vie et les chercheurs du Québec se mobilisent pour trouver des solutions à cette crise sanitaire sans précédent. Le Québec exploite ses forces pour accélérer les découvertes et les initiatives prometteuses afin de combattre le virus.La recherche d’un vaccin est au centre des préoccupations. Les entreprises et les chercheurs québécois travaillent toutefois sur d’autres aspects déterminants, tels que les traitements, les tests diagnostiques, les outils de suivi et les équipements de protection. Plus d’un vaccin et traitement seront nécessaires pour enrayer ce virus tenace. Voici un survol des avancées réalisées par notre industrie.

Le vaccin québécois contre la COVID-19

Le vaccin a beaucoup attiré l’attention et a été approuvé en des temps records. Rappelons que des entreprises québécoises sont toujours dans la course au vaccin, notamment Medicago (qui a débuté les essais de phase III), IMV (qui a terminé avec succès ses études précliniques), Biotechnologies Ulysse (en développement) et Glycovax Pharma (en phase préclinique).

La recherche s’active pour trouver de nouveaux traitements

De nombreuses entreprises et laboratoires ont démarré des études pour trouver un traitement contre la COVID-19. En voici quelques exemples.

Dalcor Pharmaceuticals a récemment démarré une étude de phase II avec le dalcétrapib. Ce médicament, initialement envisagé pour le contrôle du cholestérol, agirait comme antiviral contre la COVID-19. Les résultats de cette étude, menée conjointement avec l’Institut de Cardiologie de Montréal, devraient être publiés au printemps 2021 (en savoir plus).

Laurent Pharmaceuticals menait des études sur un anti-inflammatoire visant à traiter la fibrose kystique, le Lau-7b. Puisque la COVID-19 affecte également les poumons, l’entreprise a lancé une étude clinique pour évaluer l’effet de la molécule pour réduire la sévérité de la COVID-19. L’étude est en cours au Canada et aux États-Unis (en savoir plus).

Le dapsone, un anti-inflammatoire utilisé pour traiter le sida et le lupus, fait l’objet d’une grande étude initiée par Pulmonem, en collaboration avec des chercheurs de l’Université McGill. L’équipe publiera ses résultats prochainement (en savoir plus).

Les organisations de recherche contractuelle collaborent à de grandes études

Beaucoup d’équipes de recherche québécoises ont réorienté leurs travaux pour mieux comprendre la maladie et étudier de potentiels traitements. De nombreuses études cliniques ont ainsi été démarrées au Québec. Les organisations de recherche contractuelle (ORC) québécoises sont nombreuses à soutenir les études sur la COVID-19 :

  • Nexelis, un laboratoire d’analyse de Laval, est impliqué dans de nombreux essais cliniques de phase III de vaccins dans plusieurs pays;
  • Altascience collabore avec l’entreprise américaine Roivant Sciences pour une étude clinique de phase I sur un anticorps qui pourrait lutter contre la COVID-19, le gimsilumab;
  • Charles River Laboratories a mis sur pied un large programme de soutien aux études sur la COVID-19;
  • Corealis Pharma, qui se spécialise dans les formulations orales pharmaceutiques, produit actuellement des lots de médicaments pour six études internationales.

Les équipements de protection individuelle

La protection du personnel médical est un aspect crucial de la lutte contre la COVID-19. Après avoir fait face à un manque criant d’équipements de protection individuelle au début de la pandémie, plusieurs entreprises se sont réorganisées pour augmenter l’approvisionnement du système de santé en masques, visières, appareil d’oxygénation, etc.

L’approvisionnement en masques N95, reconnus comme offrant une meilleure protection à ceux qui le portent, a rapidement été insuffisant. Pour contrer ce manque, la filiale québécoise de l’entreprise Stryker a obtenu l’approbation de Santé Canada pour stériliser les masques N95. Cela lui permet de pouvoir les réutiliser et d’augmenter leur disponibilité (en savoir plus).

Les visières sont aussi très utiles pour assurer la sécurité du personnel de la santé et des travailleurs. BodyCad a livré plus de 250 000 visières dans des hôpitaux du Québec. Pour y parvenir, l’entreprise a restructuré ses processus de production et mobilisé de nombreux partenaires. Elle a aussi innové en contribuant à la création d’un masque personnalisé, le BeyondFit, à l’aide de sa machine à impression 3D (en savoir plus).

Une autre entreprise a mis son expertise au service de la lutte à la COVID-19 : BD (Becton, Dickinson and Company). Elle fournira 75 millions de dispositifs d’injection (comprenant 190 millions d’aiguilles et de seringues) au gouvernement canadien, en plus de contribuer au dépistage de la COVID-19 avec son appareil BD MAXMD (en savoir plus).

Pour en savoir plus sur les innovations relatives aux technologies médicales, consultez Medtech Innovation et Institut Tran(s)medtech.

SOURCE: THE COOLEST HOTSPOT

Vous aimerez aussi