Nomination de quatre chercheurs de l’UdeM aux chaires en IA Canada-CIFAR

10 décembre 2019

Dans le cadre de la Stratégie pancanadienne en matière d’intelligence artificielle du CIFAR, 86,5 M$ ont été accordés pour le recrutement et le maintien en poste de 80 experts en intelligence artificielle (IA) de renommée mondiale. Parmi les 34 nouveaux chercheurs en intelligence artificielle se trouvent Aishwarya Agrawal, Pierre-Luc Bacon et Irina Rish, qui obtiennent une chaire en IA Canada-CIFAR. Et Marc-Antoine Dilhac fait partie des experts en intelligence artificielle qui voit leur poste reconduit.

Aishwarya Agrawal est présentement chercheuse chez DeepMind à Londres. Elle se joindra à l’équipe du Département d’informatique et de recherche opérationnelle en 2020. Ses travaux se situent au carrefour de la vision artificielle, de l’apprentissage profond et du traitement automatique du langage naturel, avec un accent sur l’élaboration de systèmes d’intelligence artificielle qui peuvent décoder une image.

Pierre-Luc Bacon entrera au Département d’informatique et de recherche opérationnelle en décembre. Spécialisé dans l’apprentissage par renforcement, il s’intéresse plus particulièrement au problème d’apprentissage de représentations pour la prise de décisions séquentielles ayant des conséquences à long terme ainsi qu’à ses ramifications en optimisation hiérarchique. M. Bacon sera titulaire de la Chaire en IA-Facebook CIFAR.

Irina Rish a intégré le corps professoral du Département d’informatique et de recherche opérationnelle de l’Université de Montréal en septembre dernier. Spécialiste de l’apprentissage profond et des neurosciences, elle concentre ses recherches actuelles sur l’apprentissage continu et l’optimisation dans les réseaux neuronaux profonds, la modélisation éparse et l’inférence probabiliste, les systèmes dynamiques et la théorie de l’information.

Marc-Antoine Dilhac est professeur de philosophie à l’UdeM. Ses champs de recherche sont principalement la philosophie politique, l’éthique et la philosophie du droit. Il travaille en particulier sur les théories contemporaines de la justice et de la démocratie, aussi bien sur la justification des droits fondamentaux que sur les mécanismes institutionnels qui les mettent en œuvre.

Source UdeM Nouvelles

Vous aimerez aussi