Pas facile d’être mère et chercheuse

2 septembre 2021

Le milieu de la recherche n’a jamais rendu la tâche facile aux mères scientifiques. Et leur situation s’est aggravée pendant la pandémie. Plus que jamais, il est nécessaire de les soutenir.

Troy Littleton ne croyait pas causer une telle commotion dans la twittosphère en publiant une photo de son bureau où l’on voyait, coincé entre sa table de travail et un classeur, un parc portatif décoré de motifs d’animaux. « Mon achat d’équipement préféré pour le laboratoire ! » a écrit ce professeur de biologie du Massachusetts Institute of Technology. Le lit accueille la petite Katie, âgée de neuf mois, afin que sa mère, Karen Cunningham, puisse poursuivre ses travaux de doctorat en attendant qu’une place en garderie se libère. Plusieurs ont salué la générosité du chercheur − ce à quoi il a répondu que la véritable héroïne est plutôt son étudiante. D’autres ont souligné que le geste, bien qu’honorable, est symptomatique d’un système qui en a trop peu fait pour les chercheuses qui ont des enfants.

➡️ POUR LIRE LA SUITE ⬅️

SOURCE: QUEBEC SCIENCE

Vous aimerez aussi