Un biologiste de l’Université Laval élucide un mystère de la COVID-19

26 novembre 2021

Au début de la pandémie, Ayman ElAli a été surpris de constater que la COVID-19 créait souvent des problèmes neurologiques. Le biologiste de l’Université Laval, qui est spécialiste des accidents vasculo-cérébraux (AVC), vient d’élucider l’un des mécanismes de ces atteintes cognitives dues au SARS-CoV-2, le coronavirus responsable de la COVID-19.

« La protéine S du SARS-CoV-2 induit un changement radical dans les cellules fonctionnelles des vaisseaux sanguins du cerveau, qui protègent ces vaisseaux », explique M. ElAli, qui est l’auteur principal d’une étude publiée cette semaine dans la revue Neurobiology of Disease. « Il y a une inflammation de ces cellules et elles deviennent dysfonctionnelles. »

La protéine S est le fameux « spicule » (spike) qui permet au coronavirus d’infecter les cellules humaines. Elle a des affinités avec les cellules du poumon, mais aussi de la cavité nasale, qui communique avec le cerveau. C’est cette protéine S qui est visée par les vaccins actuels.

Les cellules fonctionnelles affectées par la protéine S, appelées « péricytes », entourent les vaisseaux sanguins. Elles régulent le débit dans ces vaisseaux et modulent la réponse inflammatoire. Elles sont aussi susceptibles d’être attaquées par la protéine S.

 

➡️ POUR LIRE LA SUITE DE L’ARTICLE ⬅️ 

 

SOURCE: LA PRESSE

 

Vous aimerez aussi