Un diplômé de Concordia mène le premier laboratoire du Québec à la meilleure certification

19 janvier 2021
Guider la première grappe de laboratoires médicaux au Québec à obtenir la triple certification ISO – la reconnaissance ultime du respect des normes de qualité les plus élevées – est déjà assez difficile en toutes circonstances. Pour Enzo Caprio, EMBA 14, terminer cette certification de haut niveau pendant la pandémie a nécessité de la détermination, du dévouement et de l’organisation.

«Cette certification en dit long sur le caractère, l’engagement et le travail acharné de mon équipe parce que c’était l’une des choses les plus difficiles que nous ayons faites», déclare Caprio, directeur administratif clinique d’OPTILAB-Montréal CUSM (Centre universitaire de santé McGill). Caprio dirige un grand groupe de laboratoires en première ligne des tests COVID-19.

Le processus d’évaluation a été long, approfondi et a examiné tous les aspects des opérations du laboratoire. Pendant près de deux ans, les accréditeurs ont visité les 15 laboratoires pour un total de 34 visites. Bien que les inspections se soient terminées en septembre 2019, les travaux de certification se sont poursuivis, même lorsque la pandémie COVID-19 a été déclarée en mars 2020.

«Bien que nous soyons très fiers d’avoir obtenu l’accréditation, ce n’est qu’une étape vers un processus d’amélioration continue. Le maintenir sera tout aussi difficile, car chaque fois que les accréditeurs reviennent, ils creusent un peu plus », déclare Caprio.

La pandémie a été un moment critique pour Caprio et les laboratoires qu’il gère où les technologues testent le COVID-19, 24 heures sur 24, en plus des tests hospitaliers réguliers.

«Je suis privilégié et extrêmement chanceux d’avoir une équipe aussi incroyable de personnes qui ne se sont pas vraiment arrêtées depuis mars», dit-il.

«Malheureusement, les technologues de laboratoire ne sont pas très largement reconnus. Historiquement, les laboratoires ont été dans les coulisses. La pandémie a mis en évidence le travail critique effectué par les techniciens de laboratoire, nous plaçant au premier plan. Vous entendez parler de médecins, vous entendez parler d’infirmières, mais nous sommes en quelque sorte des «joyaux cachés» parce que les gens ne réalisent souvent pas que 70% des diagnostics sont posés en laboratoire. »

«  L’une des décisions les plus importantes que j’ai prises  »

Caprio affirme que le MBA pour cadres (EMBA) de la John Molson School of Business de Concordia a renforcé les compétences organisationnelles dont il avait besoin pour relever les défis de son travail exigeant en tant qu’administrateur de laboratoire clinique.

Le soi-disant «scientifique par trait, technologue par formation» dit que lorsque le PDG de son hôpital a recommandé d’ajouter un MBA à ses diplômes, il a d’abord hésité à étudier quelque chose d’aussi différent de sa formation antérieure, en particulier avec la charge de travail supplémentaire sur son plein. – position horaire.

Au lieu de cela, dit Caprio, il s’est découvert une passion pour la finance, la gestion et la comptabilité du monde des affaires. Et, bien que le programme lui ait laissé un emploi du temps chargé, il dit qu’il a réussi avec le soutien de ses camarades étudiants, ainsi que du personnel de l’EMBA tel que le directeur adjoint Sharon Nelson .

«Poursuivre ce programme a probablement été l’une des décisions les plus importantes que j’ai prises», déclare Caprio. «Concordia a été le meilleur moment de ma vie. Je recommencerais.

Caprio dit qu’il a commencé à utiliser les compétences qu’il a acquises dans le programme EMBA presque immédiatement, y compris lorsqu’il a appliqué ses nouvelles connaissances sur les fusions et acquisitions pour aider à administrer la fusion de 15 laboratoires dans son cluster.

En l’honneur de sa contribution à son domaine pendant la pandémie, Caprio a été honoré par l’ Association des MBA du Québec en novembre 2020.

Alors que la pandémie se poursuit, Caprio dit que les tests COVID-19 s’intensifient, mettant à l’épreuve les compétences de gestion du temps qu’il a renforcées pendant son EMBA. Cependant, il espère qu’il ne faudra pas longtemps avant que lui et son équipe puissent vraiment apprécier la victoire de la certification ISO.

«En tant que gestionnaire, l’une des cultures que j’ai inculquées est que nous prenons le temps de reconnaître les gens, de reconnaître les réalisations», dit-il. «À cause de COVID, nous n’avons pas été en mesure de célébrer ce succès comme je le souhaitais, mais quand tout cela sera fait et fini, nous espérons que nous aurons la chance.»

AUTEUR: DAMON VAN DER LINDE

SOURCE: CONCORDIA.CA 

 

Vous aimerez aussi