Verily, bras armé d’Alphabet dans les sciences de la vie, lève un milliard de dollars

7 janvier 2019

Verily (anciennement Google Life Sciences) a levé un milliard de dollars auprès du fonds Silver Lake, associé au régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l’Ontario « et d’autres sociétés mondiales de gestion de placements comptent également » annonce un communiqué de la filiale d’Alphabet, la maison-mère de Google. « Les capitaux mobilisés soutiendront la croissance dans des domaines stratégiques clés, notamment des investissements dans des partenariats stratégiques, des opportunités de développement commercial mondial et des acquisitions potentielles », indique le document sans autres précisions.

Ruth Porat, directrice financière d’Alphabet, et Egon Durban, associé directeur et directeur général de Silver Lake, rejoignent le conseil d’administration de Verily.

« Les capacités uniques de Verily, ses partenariats de classe mondiale et sa vision audacieuse permettent à la société de s’attaquer aux problèmes les plus importants ayant une incidence sur les soins de santé dans le monde », commente Egon Durban. « Nous sommes impatients de travailler avec Andy et toute l’équipe de Verily dans leur mission qui consiste à utiliser des sciences et technologies de pointe pour changer le paradigme de la prestation de soins et améliorer les résultats cliniques. »

En septembre 2016, Verily et le Français Sanofi avaient annoncé un investissement commun de 500 millions de dollars pour créer la co-entreprise Onduo. Basée à Cambridge près de Boston, cette dernière a pour objectif de lutter contre le diabète en s’appuyant sur le suivi logiciel en temps réel des malades au travers d’objets connectés.  Toujours en 2016, la filiale d’Alphabet s’était associée au groupe pharmaceutique britannique GlaxoSmithKline (GSK), pour créer Galvani Bioelectonics, un spécialiste des implants destinés eux aussi à traiter les diabétiques.

En janvier 2017, le fonds souverain singapourien Temasek avait investi 800 millions de dollars dans Verily.

Pour lire l’article, cliquez ici

Vous aimerez aussi